Bio Consom’acteurs

10 rue Beaumarchais
93100 Montreuil
Tél. : 09 83 22 55 00
E-mail : contact@bioconsomacteurs.org
Site : http://www.bioconsomacteurs.org

logo-bio-consomBio Consom’acteurs a été créée en 2004 par la chaîne de magasins Biocoop, bien que l’association affirme sur son site avoir été constituée «par des membres de la société civile». Elle entend promouvoir l’agriculture biologique, d’une part auprès des consommateurs et d’autre part auprès des pouvoirs publics en menant des actions de lobbying. Dès sa création en 2005, l’un des objectifs de Bio Consom’acteurs a été d’obtenir le statut d’association de défense des consommateurs en rassemblant au minimum 10.000 adhérents. Toutefois, le dossier de demande d’agrément déposé auprès des pouvoirs publics a été rejeté. Sans doute que l’association a été jugée trop proche des distributeurs de produits bio comme le Groupe Léa Nature ou encore Biocoop. En effet, le fondateur de Bio Consom’acteurs, et son président jusqu’en 2014, a été secrétaire général de Biocoop pendant près de 20 ans. De plus, l’association siège au conseil d’administration de Biocoop, «en tant qu’association de consommateurs de produits biologiques».
Réunissant environ 515 adhérents en 2016, Bio Consom’acteurs mène des actions de propagande destinées au grand public, comme la publication de guides, de jeux pour les enfants ou le lancement de pétitions. Ils copilotent aussi le projet «0 phyto 100% bio» avec Générations Futures et Agir pour l’environnement. L’association entreprend en outre un travail de lobbying auprès des élus sur l’urgence de développer l’agriculture bio, en ayant par exemple cofondé en 2013 Objectif Bio,  un «club d’information et de réflexion réservé aux parlementaires». L’association entend aussi exiger un moratoire sur les OGM, promouvoir les produits biologiques ainsi qu’un commerce équitable. Bio Consom’acteurs privilégie aussi les produits régionaux et la saisonnalité, s’opposant aux produits bio «industriels» qui auraient «parcouru en avion des milliers de kilomètres avant d’arriver sur notre table» ou qui auraient été cultivés «sous serres chauffées et dans des conditions sociales inacceptables».

Association de la loi de 1901, créée en 2005. En 2016, Bio Consom’acteurs revendique 24 relais locaux actifs, dont 7 associations Bio Consom’acteurs. En décembre 2011, l’association a modifié ses statuts en vue de l’obtention de l’agrément de reconnaissance d’utilité publique, mais elle n’a toujours pas obtenu cet agrément en juillet 2017.

Conseil d’administration

  • Sophia Lakhdar : présidente
  • Valérie Jacquier : secrétaire
  • Marion Hervé : trésorière
  • Jean-Pol Guinel
  • Samuel Gérard
  • Alexandre Taillard

Equipe

  • Julie Potier : directrice générale

Comité de soutien

  • André Aschieri
  • Claude Aubert
  • Jacky Blanc
  • Jacques Caplat
  • Jérôme Celle
  • Cyriaque Crosnier-Mangeat
  • Valérie Cupillard
  • Eric Darche
  • Philippe Derruder
  • Philippe Desbrosses
  • Alain Duez
  • Marc Dufumier
  • Laurent Espinosa
  • Pierre Gevaert
  • Claude Gruffat
  • Patrice Halimi
  • Jean-Paul Jaud
  • Marc Jolivet
  • Henri Joyeux
  • Denis Lairon
  • Michaël Latz
  • Lylian Le Goff
  • Dominique Marion
  • Yves Michel
  • Jean Montagard
  • Jean-Loup Mouysset
  • Yann Olivaux
  • Jacques Olivier
  • Stéphanie Pageot
  • Jacques Pélissard
  • Pierre Rabhi
  • Marie-Monique Robin
  • Laurence Salomon
  • Gilles-Eric Séralini
  • Joël Spiroux de Vendômois
  • François Thiery
  • François Veillerette
  • Christian Vélot
  • Denise et Daniel Vuillon

Bio Consom’acteurs mène des campagnes de propagande en faveur du bio grâce à la publication de «guides pratiques et engagés». En 2009, l’association a publié son premier guide, intitulé La bio en questions, 25 bonnes raisons de devenir bio consom’acteur. Ce guide a été soutenu par l’humoriste Marc Jolivet, par la navigatrice Maud Fontenoy, Christian Vélot (CRIIGEN, Fondation Sciences Citoyennes) ou encore le professeur Belpomme (ARTAC). Ce premier guide de 16 pages, gratuit, a été diffusé à 560.000 exemplaires par les correspondants locaux de l’association et les principales enseignes de distribution bio telles Biocoop, Botanic, Les Nouveaux Robinsons, etc., et par le Conseil Général des Pays de Loire. Ce guide a été republié en octobre 2012 à 150.000 exemplaires. En 2010, l’association a publié le livret La Bio en restauration collective – les conditions de la réussite, des témoignages pour comprendre édité en 2010 qui se veut un outil pratique pour aider à intégrer la bio en restauration collective. En 2011, un troisième guide a été publié : Etudie en bio, être étudiant et manger bio, c’est possible qui incite les étudiants à consommer bio et les encourage à participer à l’introduction de la bio dans les restaurants universitaires. En 2013, l’association publie un opuscule intitulé Expressions d’intérêt collectif – Réussir la transition. Bio Consom’acteurs participe régulièrement aux salons Marjolaine (Paris) et Primevère (Lyon). En 2008, l’association a participé à la réalisation d’une plaquette sur les pesticides en partenariat avec Agir pour l’environnement. De même, Bio Consom’acteurs participe à la campagne «La Biodiversité, ça se cultive aussi !» lancée en 2010 par Agir pour l’Environnement et le Réseau Semences Paysannes. En 2013, elle a relayé trois campagnes d’Agir pour l’Environnement : sur les pesticides, l’élevage industriel et les perturbateurs endocriniens.
Fin 2011, en collaboration avec la Fédération nationale d’agriculture biologique et l’association Terre de liens, Bio Consom’acteurs lance une pétition «Osons la bio !» pour interpeller les candidats aux présidentielles et législatives, pour que ceux-ci s’engagent «à soutenir avec force le développement de la bio par des mesures financières, fiscales et d’accompagnements techniques». Cette pétition a récolté près de 55.000 signatures. En 2012, suite à l’étude choc de Gilles-Eric Séralini sur le maïs NK603, Bio Consom’acteurs  lance une pétition pour demander «un moratoire sur l’importation de tous les OGM» et la remise en cause de toutes les autorisations de mise en marché accordées OGM «du fait de l’insuffisance et l’inadéquation des tests et des protocoles adoptés». Cette pétition a recueilli plus de 54.000 signatures. En 2013, Bio Consom’acteurs a été l’une des associations fondatrices du club parlementaire Objectif Bio et a également rejoint le Collectif pour une Transition Citoyenne, aux côtés notamment des Amis de la Terre, Biocoop, La Nef, ATTAC, Colibris… Depuis 2014, Bio Consom’acteurs est partenaire de l’étude BioNutriNet, une étude sur la consommation des aliments issus de l’agriculture biologique. En décembre 2016, l’association a publié une web-bande dessinée intitulée «Qui sont les mangeurs bio ?», réalisée à partir des premiers résultats de l’étude BioNutriNet. En 2014, l’association a soumis des propositions d’amendements dans le cadre de la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt. La même année, elle a aussi co-piloté le projet «0 phyto 100% bio» avec Générations Futures et Agir pour l’environnement, pour recenser les villes et villages bio, et les villes et villages sans pesticides, sur des sites dédiés. L’animation de cette campagne se poursuit. Fin mars 2016, Bio Consom’acteurs a animé une table-ronde à l’Assemblée nationale avec ses copartenaires pour lancer le «kit collectivités», qui «détaille les démarches à réaliser pour
ne plus utiliser de pesticides dans les espaces publics et introduire des produits biologiques dans les cantines». L’association est également impliquée dans la production du film Zéro Phyto, 100% Bio, réalisé par Guillaume Bodin en 2017.
En décembre 2014, Bio Consom’acteurs a lancé une pétition «La bio pour tous», récoltant à peine 23.000 signatures sur un objectif de 50.000. Depuis 2015, l’association  participe au projet Innovez Bio, sans la cadre d’un partenariat avec l’ITAB, qui «vise à favoriser en milieu rural le développement de l’innovation issue des systèmes agri-alimentaires biologiques». En mars 2015, elle édite 500 mallettes «pédagogiques» Ludobio destinées à proposer aux enfants des «activités ludiques sur les spécificités de l’agriculture biologique». Fin 2016, l’association a décidé de rééditer le jeu en 2017 et a fait appel à un financement participatif à cette fin.

Selon Bio Consom’acteurs, ses recettes proviennent en 2016 à 47% de subventions projets et à 1% de mécénat. Les cotisations représentent seulement 5% des recettes.

AnnéeProduitsChargesRésultat
2016136.713 €126.559 €10.154 €
2015147.743 €167.724 €-19.981 €
2014non connunon connunon connu
2013non connunon connunon connu

Bio Consom’acteurs est opaque concernant les sommes octroyées par ses différents partenaires. L’association bénéficie de versements provenant des épargnes Codesol et Livret Jeune Agir du Crédit Coopératif, et du compte Epargne Nature de La Nef. Dans les deux cas, une partie des intérêts est reversée à Bio Consom’acteurs. Avec les épargnes solidaires du Crédit Coopératif, Bio Consom’acteurs a reçu 21.172 euros en 2016 (contre 23.420 euros en 2015, 37.812 euros en 2014, 32.897 euros en 2013, 33.567 euros en 2012, 25.894 euros en 2011 et 16.000 euros en 2010).  L’association revendique près de 515 adhérents. Outre Biocoop, Bio Consom’acteurs affiche les partenaires financiers suivants : Humus-Fonds pour la biodiversité, Association La Nef, France Active, Fondation Nature & Découvertes, Fondation Léa Nature et Fondation Ekibio. Les deux dernières sont des fondations d’entreprises bio (Groupe Léa Nature et Ekibio).
En 2014, Bio Consom’acteurs a reçu 3000 euros de la Fondation Nature & Découvertes pour créer «une mallette pédagogique destinée aux acteurs de l’environnement, pour leurs interventions de sensibilisation». Près de 100.000 exemplaires du premier livret La bio en questions ont été commandés par les Conseils régionaux Pays-de-la-Loire et Provence-Alpes-Côte-d’Azur afin d’être distribués dans les établissements scolaires de ces régions. En 2013, le Fonds Humus a financé la réimpression de ce livret. Le guide Etudie en bio a obtenu une subvention de 2000 euros de la Ville de Paris et 3000 euros en 2014. Les postes salariés sont soutenus par la Région Ile-de-France et le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.
L’association a reçu 13.000 euros de la région Ile-de-France en 2016 (contre 37.388 euros en 2015, 14.333 euros en 2014, 9000 euros en 2013, 13.000 euros en 2012, 15.000 euros en 2011 ainsi qu’en 2010). En 2014, l’association a reçu 37.000 euros des ministères (contre 2000 euros en 2012 et 2500 euros en 2011). En 2016, elle a reçu 5000 euros de la réserve parlementaire du groupe écologiste à l’Assemblée nationale (contre 5000 euros en 2015 et 3000 euros en 2014) et 2000 euros du sénateur écologiste Jean Desessard.
En 2015, Sophia Lakhdar, administratrice de Bio Consom’acteurs et présidente depuis 2016, est devenue première dauphine du concours Miss bio 2015, remportant 3000 euros qu’elle a reversé à l’association. En octobre 2015, Bio Consom’acteurs lance une campagne de communication «grand public qui met en scène des fruits et légumes dans des situations cocasses», permettant de réunir plus de 12.000 euros. En 2017, Bio Consom’acteurs  lance un financement participatif pour rééditer son jeu Ludobio. En juillet 2017, ils ont réuni environ 5500 euros avec un premier objectif de 7500 euros.

Ce contenu a été publié dans association, Bio Consom'acteurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.