Europe Ecologie-Les Verts

3 rue de Vincennes
93100 Montreuil
Tél. : 01.49.88.53.53
Email : contact@eelv.fr
Site : http://www.eelv.fr

logo-eelvEurope Ecologie-Les Verts (EELV) a repris le projet d’écologie politique des Verts, c’est-à-dire qu’il vise, au-delà de la défense de l’environnement, à changer radicalement la société. Partant du dogme des ressources limitées, EELV veut sortir de la société industrielle et critique tout système économique basé sur la croissance des biens. Logiquement, au nom de la sauvegarde de la planète et de la solidarité avec les pays du Sud, les responsables d’EELV considèrent inéluctable une politique d’austérité. Ainsi, José Bové explique qu’il «va falloir qu’on partage. Et si ce n’est pas nous qui d’abord diminuons notre niveau de vie et notre mode de consommation, c’est évident qu’il ne restera rien pour les autres».
Outre les différentes positions sur les thèmes écologistes (contre le nucléaire, les biotechnologies végétales, les pesticides, etc.), EELV défend des positions altermondialistes ainsi qu’un fédéralisme et une relocalisation de l’économie, en opposition au centralisme étatique. Il propose la création d’emplois «verts» notamment dans le domaine des énergies renouvelables, des transports durables, du recyclage, des services à la personne et par le développement de l’agriculture biologique. Le parti dénonce aussi l’emprise des lobbies économiques, tout en permettant à Claude Gruffat, président de Biocoop pendant quinze ans, d’être élu sur leur liste européenne de 2019. De même, EELV propose «de promouvoir les médecines alternatives», et Yannick Jadot a pris position en faveur de l’homéopathie, s’alignant sur les arguments des laboratoires Boiron, bien qu’il ait affirmé vouloir «sortir les lobbys pharmaceutiques de la décision publique».
Profitant d’un contexte favorable notamment avec les marches pour le climat, les bons résultats aux Européennes de 2019, avec plus de 13% des voix, ont permis à EELV de mettre fin à une longue désagrégation du parti depuis 2012. En effet, selon un sondage Odoxa d’avril 2015, EELV avait une mauvaise image auprès de 63% des Français. Les écologistes en général apparaissaient divisés aux yeux de 72% des sondés et sectaires pour 52%. La même année, José Bové estimait : «L’image pour notre politique est désastreuse. On a le choix entre le gauchisme avec Cécile Duflot, l’opportunisme avec Jean-Vincent Placé, voilà l’avenir d’Europe-Ecologie-Les-Verts. (…) Je ne vois pas ce qu’on peut faire avec une boutique comme ça…» De plus, le parti écologiste a été déserté par ses adhérents : estimés à 16.452 en novembre 2013, ils n’étaient qu’à peine 4150 en septembre 2018.
Auréolé de sa victoire aux Européennes de 2019, Yannick Jadot annonce pour les élections municipales de 2020 que les écologistes veulent «conquérir énormément de grandes villes». De plus, il imagine un mouvement au-delà d’EELV : « Il va falloir très clairement dépasser Europe Écologie-Les Verts. C’est le mouvement qui a permis ce succès, avec d’autres. Il va falloir à minima que tous les mouvements écolos se retrouvent dans la même maison mais surtout, on veut construire le grand mouvement politique de demain.»

EELV a été fondé en novembre 2010, suite à la fusion des Verts avec Europe Ecologie lors d’Assises à Lyon. Le parti revendiquait 15.000 adhérents en novembre 2010, mais seulement 4150 adhérents à jour de cotisations en septembre 2018.

Bureau exécutif

  • David Cormand : secrétaire national
  • Alain Coulombel : secrétaire national adjoint
  • Sandra Régol : secrétaire nationale adjointe et porte-parole
  • Julien Bayou : porte-parole
  • Thierry Brochot : trésorier national
  • Henri Arévalo : délégué aux acteurs économiques
  • Nadia Azoug : co-référente pour la réinvention
  • Bruno Bernard : délégué aux élections et aux relations avec les partis politiques
  • Christelle de Crémiers : déléguée aux relations avec les acteurs économiques
  • Gwendoline Delbos-Corfield : déléguée à l’accueil et à la formation
  • Michèle Le Tallec : déléguée aux régions
  • Philippe Stanisière
  • Nicolas Thierry : délégué aux relations avec les acteurs environnementaux
  • Marine Tondelier : déléguée à la communication interne et externe et aux outils numériques, chargée des JDE
  • Marie Toussaint : déléguée à l’Europe, chargée de la jeunesse

Bureau du Conseil Fédéral

  • Nicolas Bonnet : président
  • Bernard Bourdeix
  • Isabelle Brugeaud
  • Dominique Dumazel
  • Ludovic Lotodé

Conseil Statutaire

  • Suzanne Auger
  • Catherine Bassani
  • Olivier Clément-Bollée
  • Michel Guilhamélou-Sempé Narioo
  • Martine Lebranchu
  • Chantal Nocquet
  • Jean Siron
  • Jean-Marc Tagliaferri

Suite à la débâcle électorale de Dominique Voynet à la présidentielle de 2007, Les Verts acceptent, sous l’impulsion de Daniel Cohn-Bendit, d’élargir leurs alliances avec des responsables de la société civile et de diverses associations écologistes en vue des Européennes de 2009. Daniel Cohn-Bendit réussit ainsi à rassembler sous l’étiquette Europe Ecologie une coalition très large avec des représentants de divers mouvements écologistes ou sympathisants à la cause écologiste, comme Jean-Paul Besset (FNH), José Bové (Faucheurs Volontaires), Yannick Jadot (Greenpeace), Sandrine Bélier (France Nature Environnement), François Dufour (Confédération paysanne), permettant un excellent résultat aux Européennes, puis au scrutin des Régionales de 2010. Le 9 novembre 2010, la fusion des Verts avec Europe Ecologie est consacrée lors d’Assises à Lyon.

Le bon score de 13,47% des voix aux Européennes de 2019 met fin aux dernières débâcles électorales d’EELV. A l’échelon national, le parti n’a presque plus de représentants dans les deux chambres parlementaires : 1 député national, 3 sénateurs. Depuis juin 2017, il n’y a plus de groupe écologiste au Sénat. À l’issue des élections municipales de 2014, EELV dirige 47 mairies, mais à part celle de Grenoble, toutes les autres municipalités remportées sont de petites communes.
Les résultats électoraux d’EELV aux derniers scrutins ont été les suivants :

Élections européennes

  • 2009 : 14 élus
  • 2014 : 6 élus (mais 1 élu a quitté le parti depuis)
  • 2019 : 12 élus (13 après la sortie du Royaume-Uni)

Élections régionales

  • 2010 : 247 élus
  • 2015 : 65 élus

Élections sénatoriales

  • 2011 : 10 élus (mais 6 élus ont quitté le parti durant leur mandat)
  • 2017 : 3 élus

Élections départementales

  • 2011 : 54 élus
  • 2015 : 32 élus (mais 2 élus ont quitté le parti durant leur mandat)

Élection présidentielle

  • 2012 : 2,31%
  • 2017 : pas de candidat

Élections législatives

  • 2012 : 17 élus (mais 8 élus ont quitté le parti durant leur mandat)
  • 2017 : 1 élu

En novembre 2011, le magazine Marianne révèle qu’EELV est au bord de la faillite et explique que «pour sauver leur organisation de la débâcle financière et pour soutenir la campagne de leur candidate Eva Joly, EELV a besoin d’un accord électoral avec le PS qui leur garantisse un nombre de voix important et un groupe parlementaire».
En juin 2015, EELV est encore confronté à de grandes difficultés financières, principalement à cause du mauvais score de la candidate écologiste à la présidentielle de 2012 et du non-remboursement partiel des frais de campagne, mais aussi de la baisse de l’enveloppe des financements publics aux partis et de la chute du nombre de ses adhérents. Ces difficultés contraignent EELV à vendre son siège parisien. En 2016, EELV a procédé à la cession de 2 biens immobiliers : un immeuble du faubourg Saint-Martin (10ème) pour un prix total de 2,9 millions d’euros et un immeuble de la rue d’Arcueil (13ème) pour le prix de 378.000 euros.
Selon un article du Canard Enchaîné de juillet 2017, il n’y aura plus que 3 permanents au mois d’août à EELV contre 18 en 2016, car «les écolos (…) sont ruinés» et que la vente de leur siège n’a pas suffit. Il ajoute que leur plan social a été annoncé «sans aucune concertation» et «sans envisager le moins du monde la réduction du nombre de membres du bureau exécutif de 15 à 11, possibilité pourtant prévue par les statuts du parti. Les 15 heureux élus n’ont pas, non plus, songé à renoncer à leurs indemnités : 150.000 euros par an, à se partager».
Pour l’exercice 2017, le coût total des élections législatives de 2017 a représenté 21,91% du total des charges du compte de résultat consolidé. Le coût total du plan de départ volontaire et des licenciements pour cause économique du siège national s’élève à 525.000 euros.

AnnéeProduitsChargesRésultat
20175.813.594 €5.797.038 €16.556 €
20169.118.003 €6.679.8647 €2.438.139 €
20158.747.272 €7.589.180 €1.158.292 €
20147.947.244 €7.635.499 €311.745 €
20138.586.132 €7.669.132 €917.000 €
20127.817.716 €9.295.720 €-1.478.004 €
20118.612.097 €8.592.113 €19.984 €
20108.781.458 €8.684.388 €97.070 €

Sources de financement

2017
financement public2.803.975 €
contributions des élus1.193.726 €
cotisations des adhérents676.847 €
reprises de provisions438.185 €
produits d'exploitation374.317 €
dons de personnes physiques250.434 €
produits exceptionnels62.876 €
produits financiers9949 €

2016
produits exceptionnels3.299.367 €
financement public2.797.156 €
contributions des élus1.376.090 €
cotisations des adhérents872.437 €
dons de personnes physiques400.318 €
produits d'exploitation200.203 €
reprises de provisions141.483 €
autres20.841 €
produits financiers10.108 €

2015
financement public3.136.865 €
contributions des élus2.110.634 €
produits d'exploitation1.243.931 €
cotisations des adhérents1.002.399 €
reprises de provisions592.923 €
dons de personnes physiques409.390 €
produits de manifestations et colloques112.420 €
produits exceptionnels103.707 €
autres26.279 €
produits financiers8724 €

2014
financement public3.167.918 €
contributions des élus2.198.773 €
cotisations des adhérents1.128.933 €
ventes et prestations671.161 €
reprises de provisions296.635 €
dons de personnes physiques285.051 €
transferts de charge78.550 €
produits exceptionnels71.076 €
autres54.147 €

2013
financement public3.521.793 €
contributions des élus2.754.248 €
cotisations des adhérents1.291.779 €
dons de personnes physiques262.208 €
produits de manifestations et colloques187.354 €
reprises sur provisions et amortissements168.085 €
produits exceptionnels167.342 €
produits d'exploitation140.586 €
autres92.557 €

2012
contributions des élus2.592.644 €
financement public1.959.902 €
cotisations des adhérents1.262.602 €
produits d'exploitation946.199 €
reprises sur provisions et amortissements19.445 €
dons de personnes physiques373.738 €
produits exceptionnels319.840 €
produits de manifestations et colloques175.226 €
autres168.120 €

2011
contributions des élus2.445.512 €
financement public1.835.455 €
cotisations des adhérents1.621.588 €
produits d'exploitation1.229.225 €
reprises sur provisions et amortissements517.179 €
dons de personnes physiques317.418 €
produits exceptionnels315.859 €
produits de manifestations et colloques259.927 €
autres69.934 €

2010
produits d'exploitation2.987.212 €
contributions des élus 2.065.467 €
financement public1.793.314 €
cotisations des adhérents1.044.544 €
dons de personnes physiques439.467 €
produits de manifestations et colloques245.567 €
produits exceptionnels148.320 €
autres57.567 €