JMG Foundation (Fondation Goldsmith)

c/o Sedes Treuhand Anstalt
Städtle 36
9490 Vaduz
Liechtenstein
Email : jon@jmgfoundation.org et infos@jmgfoundation.org

Logo JMGBasées au Liechtenstein et complètement opaques, la JMG Foundation et la Fondation Goldsmith ont été créées par le prédateur financier franco-britannique Sir James Goldsmith, en collaboration avec son frère Edward («Teddy»), le fondateur de la revue radicale L’Ecologiste. Selon Teddy Goldsmith, l’objectif était de «financer, principalement en Angleterre et en France, des campagnes contre l’industrie nucléaire, l’agriculture industrielle (en particulier le génie génétique) et la mondialisation économique». Pour le journaliste écologiste Fabrice Nicolino, «sans l’argent de la fondation (Goldsmith), bon nombre d’actions contre la mondialisation n’auraient jamais vu le jour». Après la mort de leur père Jimmy en 1997, Zac et Ben Goldsmith ont repris le flambeau du financement des mouvements écologistes. Ils sont par ailleurs tous deux très engagés au sein du Parti conservateur britannique, le premier étant un député Tory et le second présidant le Conservative Environment Network.
Entre 2004 et 2008, la JMG Foundation a davantage subventionné des actions concernant le changement climatique. Depuis 2008, la priorité est donnée à la lutte contre la déforestation, l’agriculture «industrielle» et la mondialisation. Ben Goldsmith explique que «plus récemment, nous nous sommes intéressés à l’industrie de l’élevage, laquelle est selon moi l’une des industries les plus abominables de la planète, en ce qui concerne les fermes usines». Quant au choix des partenaires, Ben Goldsmith constate que la fondation s’oriente «très souvent vers des ONG qui excellent en campagnes et lobbying. (…) dès que l’on voit un changement positif, cela a commencé neuf fois sur dix avec une campagne choc auprès du grand public.» Concernant la stratégie globale, Ben Goldsmith explique par exemple à propos de la lutte contre la déforestation tropicale : «Dans un monde idéal, la fondation pourrait dépenser une partie de son argent dans des projets de conservation. Cependant, nous ne pensons pas que cela constitue l’utilisation la plus stratégique des fonds. La déforestation ne sera pas maîtrisée sans s’attaquer à l’approvisionnement en produits de base agricoles tels que l’huile de palme et la viande bovine, ou sans résoudre le problème de la gouvernance médiocre de nombreux Etats forestiers (…). Pour les bailleurs de fonds, cela peut impliquer de travailler en amont de la question forestière, par exemple avec des groupes qui militent pour réformer la politique agricole et commerciale européenne ou pour modifier les chaînes d’approvisionnement des entreprises.»
Afin de mieux établir sa stratégie de subventions en France, la JMG Foundation avait fait réaliser en 2006 une étude «pour aider à cartographier le mouvement écologiste français et analyser les différentes ONG, en particulier dans les domaines du transport, du climat, de l’agriculture de proximité et bio.» A l’époque, la fondation affirmait avoir financé Greenpeace France, les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, le Réseau Sortir du Nucléaire, le CNIID, le MDRGF et Inf’OGM.
La JMG Foundation,  sans statut d’organisme de bienfaisance, est dirigée par Jon Cracknell qui travaille pour la famille Goldsmith depuis 1993. En 2003, il a aidé la famille Goldsmith à mettre sur pied The Ecology Trust ainsi que le Manuka Club, fondé par Ben Goldsmith (l’un des fils de Jimmy), afin de financer de petites associations écologistes au Royaume-Uni. Mais Jon Cracknell joue aussi un rôle important dans l’organisation de réseaux de fondations dans le domaine de l’environnement. Il a ainsi aidé à lancer l’Environmental Funders Network qui réunit environ 50 fondations, pour la plupart britanniques, engagées dans le financement d’associations écologistes. On y trouve notamment la Fondation pour une Terre humaine et la Fondation pour le progrès de l’homme.

Il existe au moins deux fondations de la famille Goldsmith basées au Liechtenstein : la Fondation Goldsmith, créée en décembre 1989 (numéro FL-0001.117.135-6), et la JMG Foundation, créée en mai 1996 (numéro FL-0001-529-725-6).

En mai 1972, Jimmy Goldsmith avec son frère Teddy organisent un dîner avec une quinzaine de banquiers et d’industriels britanniques au Ritz de Londres pour entendre Aurelio Peccei, le fondateur du Club de Rome. Cette rencontre marque le lancement de l’Ecological Foundation, «pour financer toutes sortes d’initiatives en matière d’environnement». Enregistrée comme «charity» en décembre 1972. Cette fondation, de taille modeste, a eu relativement peu d’activités car Jimmy Goldsmith était très impliqué dans ses opérations financières.
Quand Jimmy Goldsmith s’est retiré des affaires, il a décidé de créer la Fondation Goldsmith en 1989 et la JMG Foundation (d’après les initiales de James Michael Goldsmith) en 1996, peu avant son décès, «pour financer, principalement en Angleterre et en France, des campagnes contre l’industrie nucléaire, l’agriculture industrielle (en particulier le génie génétique) et la mondialisation économique». A la mort du financier britannique, Teddy Goldsmith et deux fils de Jimmy – Zac et Ben – ont convaincu la famille de poursuivre l’activité de la fondation.
Quant à l’Ecological Foundation, elle a poursuivi ses activités jusqu’en 2005, avec des dépenses annuelles entre 150.000 et 300.000 £ dans les années 2000.

  • Ben Goldsmith : président
  • Zac Goldsmith : administrateur
  • Jon Cracknell : directeur
  • Harriet Williams : grants manager
  • Zeno Goldsmith : conseiller

La JMG Foundation et la Fondation Goldsmith sont totalement opaques, n’ayant même pas de site internet et ne donnant aucune information sur ses bilans et sur les sommes versées aux associations écologistes.

Liste non exhaustive des associations bénéficiaires des subventions

2017

  • Friends of the Earth Europe : 64.390 €
  • Corporate European Observatory : 56.429 €
  • Rainforest Action Network : >44.000 €
  • Global Witness : 34.000 €
  • Fern : 33.369 €
  • Les Amis de la Terre : 28.727 €
  • Arsbokslut : 11.500 €
  • GMWatch
  • GM Freeze
  • Forest Peoples Programme
  • Environmental Paper Network
  • Public Citizen
  • Compassion in World Farming
  • The Sumatran Orangutan Conservation Programme
  • Tusk Talk
  • War on Want
  • Unlock Democracy
  • Denkhausbremen

2016

  • Friends of the Earth Europe : 110.416 €
  • Corporate European Observatory : 104.671 €
  • BankTrack : 45.000 €
  • Fern : 42.584 €
  • Global Witness : 34.000 €
  • Les Amis de la Terre : 26.273 €
  • Inf’OGM : 10.000 €
  • Rainforest Action Network : >8500 €
  • Akcja Demokracja : 4500 €
  • GMWatch
  • Forest Peoples Programme
  • Today and Tomorrow Educational Foundation
  • Transnational Institute
  • Environmental Paper Network
  • Générations Futures
  • Chatham House

2015

  • Friends of the Earth Europe : 97.045 €
  • Transnational Institute : 51.000 €
  • Rainforest Action Network : >42.000 €
  • Global Witness : 38.000 €
  • Global Justice Now : 38.000 €
  • BankTrack : 23.680 €
  • Inf’OGM : 20.000 €
  • Corporate European Observatory : 10.000 €
  • GMWatch
  • Climate Justice Programme
  • Environmental Paper Network
  • Générations Futures
  • Chatham House

2014

  • Corporate European Observatory : 75.000 €
  • Global Witness : 46.000 €
  • Rainforest Action Network : >42.000 €
  • Global Justice Now : 32.500 €
  • Friends of the Earth Europe : 29.042 €
  • Transport & Environment : >25.000 €
  • BankTrack : 22.000 €
  • Transnational Institute : 2539 €
  • AITEC
  • Environmental Paper Network
  • Compassion in World Farming
  • Soil Association
  • Générations Futures
  • Chatham House

2013

  • Friends of the Earth Europe : 43.906 €
  • Rainforest Action Network : >42.000 €
  • ClientEarth : 37.500 €
  • Corporate European Observatory : 35.000 €
  • Générations Futures : 28.000 €
  • Inf’OGM : 10.000 €
  • BankTrack : 3600 €
  • CRIIGEN
  • Rainforest Foundation
  • Rainforest Action Network
  • Environmental Paper Network

2012

  • Friends of the Earth Europe : 72.623 €
  • Rainforest Action Network : >50.000 €
  • Global Witness : 54.000 €
  • Corporate European Observatory : 40.000 €
  • Environmental Investigation Agency : 28.000 €
  • Générations Futures : 26.000 €
  • BankTrack : 25.300 €
  • Inf’OGM
  • Rainforest Foundation

2011

  • Rainforest Action Network : >100.000 €
  • Rainforest Foundation UK : 54.000 €
  • Générations Futures : 26.000 €
  • Inf’OGM : 20.000 €
  • BankTrack : 6189 €
  • Friends of the Earth Europe
  • ClientEarth

 

Ce contenu a été publié dans Financeurs, JMG Foundation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.