Bloom

62 bis avenue Parmentier
75011 Paris
Tél. : 01 48 07 50 34
E-mail : contact@bloomassociation.org
Site : https://www.bloomassociation.org

Fondée en 2004 par la journaliste et réalisatrice de documentaires Claire Nouvian, Bloom milite pour la protection des écosystèmes marins. Elle a décidé de fonder Bloom lors de la réalisation d’un documentaire pour France 2 où elle a découvert «les grandes profondeurs de l’océan, et l’ampleur de leur destruction», expliquant : «Quand j’ai pris connaissance des menaces qui pesaient sur ces fonds marins, personne ne s’en occupait. C’est ce qui m’a décidé à me lancer.» L’association a gagné en visibilité notamment grâce au succès en 2006 de son le livre Abysses, tiré à plus de 150.000 exemplaires et traduit en dix langues, ainsi que par l’exposition éponyme en 2007 au Muséum national d’histoire naturelle.
Bloom vise en particulier à «mettre fin aux méthodes de pêche destructrices» et «favoriser la pêche artisanale». En 2009, l’association a ouvert un bureau à Hong-Kong «afin de s’attaquer au marché stratégique de vente de plats à base de requin en Asie». A travers de multiples campagnes, Bloom a longtemps fait pression sur la Scapêche, première flotte de pêche française et filiale du groupement des Mousquetaires (Intermarché), jusqu’à ce qu’elle décide en 2016 de se désengager progressivement du chalutage en eau profonde. Bloom est aussi connue pour voir obtenu en 2018, après avoir orchestré une coalition d’ONG et un lobbying intensif, que le Parlement européen vote pour une interdiction totale de la pêche électrique en Europe.
Entre 2018 et 2019, Claire Nouvian s’est brièvement engagée en politique, en participant à la fondation de Place publique, parti politique «citoyen, écologiste et solidaire», avec l’essayiste Raphaël Glucksmann. Elle considère qu’«à la sortie de la guerre, on avait une visée progressiste, mais la croissance des inégalités montre que nous avons eu tout faux», et dénonce le libéralisme : «On doit faire communauté. Parce qu’aujourd’hui, on voit combien l’individualisme est l’un des pires aspects du libéralisme économique hyperfinanciarisé et dérégulé. On voit à quel point le libéralisme est une menace pour la société et pour la planète.» Toutefois, elle pense qu’«on peut créer une vraie croissance verte, créer des emplois en changeant notre monde d’un point de vue économique et industriel».
En 2018, Bloom fait partie des organisations fondatrices de la Maison des lanceurs d’alerte.

Association de la loi de 1901, créée en avril 2005. En 2009, Bloom a installé un bureau à Hong Kong.

Conseil d’administration

  • Flavien Kulawik : président
  • Claire Nouvian : fondatrice
  • Hélène Wagner : trésorière
  • Anne Oppetit : secrétaire
  • Annabel Rémusat : représentante des adhérents
  • Maryline Kulawik
  • Pejman Memarzadeh
  • Frédéric Potter
  • Caroline Sénéclauze

Equipe

  • Sabine Rosset : directrice
  • Frédéric Le Manach : directeur scientifique
  • Jasmina Peri : coordinatrice des programmes
  • Fanny Troya Reuter : chargée de collecte
  • Valérie Le Brenne : chargée de projet / doctorante sur les subventions publiques
  • Laetitia Bisiaux : chargée de projet sur la pêche électrique et la pêche artisanale
  • Eric Wang : scientifique des données senior
  • Augustin Lafond : scientifique des données
  • Isaure Quillien : chargée de projet pédagogie et événements
  • Alexia Lahaye : chargée de l’administration
  • Stanley Shea (Hong-Kong)
  • Kathleen Ho (Hong-Kong)

Campagnes. Bloom a 4 campagnes principales : interdiction du chalutage profond, interdiction de la pêche électrique, interdiction des subventions nocives et interdiction de l’aileronnage de requins. L’association appelle régulièrement les citoyens à agir en interpellant publiquement sur les réseaux sociaux et par mail (28.590 en 2019) les élus. Des représentants de Bloom interviennent aussi dans des conférences, festivals ainsi que dans des établissements scolaires.
Publications.
Bloom a publié deux guides : Océan/Climat et Méthodes pêche. L’association publie des enquêtes, comme en 2014, où elle a testé 72 crèmes pour la peau comportant la mention «squalane» sur leur étiquette afin de savoir si celles-ci avaient éliminé le squalane animal de leurs lignes de production. Bloom publie aussi, ou corédige, des articles scientifiques, comme en 2019 dans Marine Policy au sujet du «financement illégal de la pêche électrique en Mer du Nord par les Pays-Bas», ou en 2020 dans Plos One sur «l’analyse exhaustive de toutes les pêcheries certifiées MSC depuis les origines du label».
Contentieux. En mars 2012, Bloom a porté plainte auprès de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité contre le groupe Les Mousquetaires/Intermarché pour sa campagne diffusée en presse écrite vantant les pratiques de pêche responsable de leur flotte de pêche. En janvier 2013, Bloom a assigné la Scapêche, la flotte de pêche d’Intermarché, pour la non-publication de ses comptes annuels de 2009 à 2011. Avec d’autres associations, Bloom a porté plainte en janvier 2019 auprès de l’Union européenne «pour activités illégales de chalutiers italiens dans les eaux de la Sierra Leone». Au même moment, Bloom attaque l’État afin d’obtenir les données complètes de subventions européennes allouées au secteur de la pêche en France. Entre 2017 et 2020, Bloom porte plusieurs fois plainte auprès de la Commission européenne contre les Pays-Bas et l’Allemagne concernant des autorisations de pêche électrique.
Lobbying. Bloom a participé au Grenelle de la mer en 2009. En 2018, un collectif d’eurodéputés a endossé des amendements rédigés par Bloom au sujet de la pêche électrique. En 2019, 2019, Claire Nouvian a publié une lettre ouverte aux eurodéputés «afin que le prochain fonds européen à la pêche n’alimente pas la destruction à grande échelle des ressources, des milieux et des emplois». Bloom déclare avoir dépensé moins de 10.000 euros en 2018 et en 2020 pour des activités de lobbying auprès des députés et sénateurs.

AnnéeProduitsChargesRésultat
20201.279.172 €866.164 €413.007 €
20191.053.401 €963.095 €90.306 €
20181.045.642 €720.307 €325.335 €
2017653.391 €451.437 €201.954 €
2016425.235 €364.571 €60.664 €
2015341.889 €418.751 €-76.852 €
2014296.159 €318.244 €-22.085 €

Principales sources extérieures de financement

2020
Oak Foundation 118.334 €
Georges Wachter Memorial 41.704 €
Fondation Lemarchand30.000 €
The Waterloo Foundation 23.000 €
Levine Family Foundation 18.832 €
Fonds Meyer Louis Dreyfus 18.000 €
Fondation Ensemble 17.000 €
Fondation Cabestan 10.000 €
Fonds de Dotation pour Animaux sauvages 10.000 €
Fondation Nature et Solidarités 59 5000 €
1% For The Planet France2500 €
2019
Fondation 2050 50.000 €
Levine Family Foundation38.753 €
Synchronicity Earth 26.352 €
The Waterloo Foundation23.000 €
Fondation Lemarchand20.000 €
Fondation Cabestan 20.000 €
1% For The Planet France15.000 €
Fondation Daniel et Nina Carasso 14.000 €
Fondation AnBer 10.000 €
Fonds de Dotation pour Animaux sauvages 10.000 €
Fondation Albert Ier8000 €
Fondation Humus 6000 €
Fondation Sophie Rochas 5000 €
Fondation Pluriel pour l’art contemporain 5000 €
Fondation Ensemble 3000 €
2018
Oak Foundation 127.487 €
Georg Waetcher Memorial Foundation 35.251 €
Fondation Nature & Découvertes 30.000 €
The Waterloo Foundation23.000 €
Fondation Lemarchand20.000 €
Fondation Ensemble 20.000 €
1% For The Planet France15.000 €
Fondation Daniel et Nina Carasso 14.000 €
Fondation AnBer 10.000 €
Fondation Cabestan 10.000 €
Funding Fish 10.000 €
Fondation Humus 5000 €
Ekodoo (Ekibio)5000 €
2017
Fondation 2050 52.000 €
Synchronicity Earth 25.913 €
Fondation Lemarchand 25.000 €
Fondation Ensemble 17.000 €
Fonds Meyer Louis-Dreyfus 10.000 €
Fonds de dotation pour Animaux Sauvages 10.000 €
Fondation Cabestan 10.000 €
Fondation Léa Nature 5000 €
1% For The Planet France 3000 €
Fondation Humus 3000 €
2016
Fondation 2050 42.000 €
Fonds de dotation pour Animaux Sauvages15.000 €
The Pew Charitable Trusts 13.918 €
Fondation Léa Nature 10.000 €
Fondation Humus 2500 €

 

Ce contenu a été publié dans association. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.