Maud Fontenoy

Administratrice de la Maud Fontenoy Fondation
Présidente de Maud Fontenoy France
Vice-présidente de la Région Sud
Porte-parole de l’Unesco pour les océans
Gérante de la SARL Miss Maud
Gérante de la SARL A contre-courant production

Maud Fontenoy s’est rendue populaire grâce à ses performances en mer : traversées de l’Atlantique et du Pacifique à la rame, tour de l’hémisphère sud à la voile et à contre-courant. Elle veut une écologie pragmatique «qui prône l’innovation, une croissance certes plus réfléchie et raisonnable, mais qui donne du sens au progrès», et fustige l’écologie politique ainsi que la décroissance. Visant EELV, elle déclare : «J’essaye de rappeler que l’écologie, ce n’est pas seulement celle portée par un groupe d’extrême gauche.» Elle explique aussi : «Que va-t-on dire aux millions de Chinois et d’Indiens qui veulent accéder à nos niveaux de vie ? D’autant que la croissance permet aussi un meilleur accès aux soins et à l’éducation. Mais c’est aux pays riches de proposer à ceux en développement des solutions pour qu’ils passent directement à une croissance durable et responsable.» Elle défend donc par exemple le nucléaire ainsi que la recherche sur certains modes d’extraction non polluants de gaz de schistes. Si elle affirme que «les écolos ont un discours alarmiste et anxiogène qui nuit à la cause», Maud Fontenoy adopte ce ton alarmiste quand il s’agit du réchauffement de la planète ou de l’utilisation de produits phytosanitaires en agriculture conventionnelle. Par ailleurs, elle déclare être «une caricature du bio» : «J’ai récemment repeint ma maison avec des peintures naturelles. Pour les produits d’entretien aussi, je privilégie le bio. Evidemment, j’achète des fruits et des légumes bio, et j’essaie de m’habiller avec des vêtements en coton bio». En 2019, elle se déclare «fière de soutenir le Mouvement des coquelicots», qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.
Politiquement, elle est proche de Nicolas Sarkozy, qui l’a nommée déléguée à l’environnement des Républicains. La navigatrice a déclaré : «Je connais Nicolas Sarkozy depuis longtemps, je l’apprécie, je lui fais confiance. Et je suis une fidèle. A la vie, à la mort.» L’engagement politique de Maud Fontenoy n’est pas nouveau puisqu’elle a déjà été présente sur la liste de Jean-François Copé aux élections régionales de 2004. En décembre 2015, elle est élue conseillère régionale LR (mais pas encartée) en PACA et devient la 10e vice-présidente de la Région Sud. Toutefois, en juin 2019, elle annonce : «Face à l’importance des enjeux, les guerres politiciennes m’ont écœurée. Je suis encore engagée dans ma région, où je m’occupe de la sauvegarde de l’environnement. Mais pour le reste, on ne m’y reprendra plus : la politique, c’est fini pour moi !»
Maud Fontenoy a une stratégie de communication reposant d’une part sur ses exploits en mer et d’autre part sur les people. Pour cela, elle s’entoure régulièrement de vedettes comme Marion Cotillard, Alain Delon, Laetitia Halliday, Patrick Bruel, etc. Elle-même ne rechigne pas à se confier sur sa vie privée, ce qui lui permet d’avoir une bonne couverture dans Paris-Match ou Gala. A l’instar de Nicolas Hulot et Yann Arthus-Bertrand, qu’elle considère comme ses «pères», elle entretient également une grande proximité avec le monde des entreprises et de la finance (HSBC, Carrefour, EDF, Orange, L’Arbre Verte, groupe Sodoca, etc., soutiennent la Maud Fontenoy Fondation).
Elle bénéficie du soutien d’importants hommes d’affaires comme Vincent Bolloré, François Pinault, Laurent Dassault, mais aussi Dominique Desseigne, PDG du groupe Lucien Barrière. Enfin, étant donné l’opacité financière de la Maud Fontenoy Fondation basée aux Pays-Bas, il est difficile de situer les limites entre ses activités non lucratives et celles lucratives, notamment celles de sa société Miss Maud (chiffre d’affaires de 203.700 euros en 2016, 212.200 en 2015, 326.300 en 2014, 309.100 euros en 2011, 295.100 euros en 2010). Dans sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) de janvier 2018, Maud Fontenoy déclare 84.000 euros bruts de revenus comme «consultante» chaque année depuis 2013. Quant à ses différents livres, ils lui ont rapporté plus de 83.000 euros entre 2014 et 2017. Elle suscite notamment la polémique quand, en décembre 2015, elle a animé un séminaire pour le cigarettier Philip Morris, en pleine COP 21 et pendant la campagne des régionales.
Les écologistes radicaux la ciblent volontiers. Le journal La décroissance a par exemple organisé une pétition intitulée «Débarquons Maud Fontenoy des écoles», demandant que les «kits pédagogiques» de sa fondation ne soient plus distribués dans les écoles. Mais certaines personnalités écologistes moins radicales la dénoncent également, à l’instar de Corinne Lepage qui estime que «Maud Fontenoy est comme les climato sceptiques. Elle assène ses contre-vérités qui vont bien aux lobbys».

Née à Meaux en 1977, Maud Fontenoy a passé les premières quinze années au large, sur la goélette familiale. De retour en France, elle prend pendant quelques années la tête d’une agence immobilière à Paris, dépendant du groupe Fontenoy Immobilier fondé et dirigé par son père. En 2002, elle fonde la Fédération française des yoles 1796 et bateaux voile-aviron traditionnels – défi jeunes marins dont elle est élue présidente. Elle crée ensuite une association dont le but est de faire naviguer des jeunes de quartiers difficiles. Impressionnée par la performance de Gérard d’Aboville, le premier à traverser l’Atlantique à la rame, elle décide de se former à cette discipline. En février 2003, Maud Fontenoy crée la SARL Miss Maud. Le 13 juin 2003, elle entreprend la traversée de l’océan Atlantique à la rame dans le sens ouest-est. Partie de Saint-Pierre-et-Miquelon, elle rejoint la Corogne en Espagne le 10 octobre. En mars 2004, Maud Fontenoy est candidate aux élections régionales en Ile-de-France, sur la liste de l’UMP conduite par Jean-François Copé. Le 12 janvier 2005, elle entreprend la traversée du Pacifique à la rame. Partie du Pérou, elle arrive aux îles Marquises le 26 mars, après 73 jours de mer. En 2006, elle annonce vouloir entreprendre un tour du monde à la voile à contre-courant, en solitaire et sans assistance. Le 15 octobre 2006, elle part de l’île de la Réunion à la barre de L’Oréal Paris, et boucle son périple le 14 mars. Le Comité mondial des records de voile (WSSRC) estime que Maud Fontenoy, en partant de l’île de la Réunion et en faisant le tour de l’Antarctique, n’a pas réellement effectué un tour du monde à l’envers, mais un tour de l’hémisphère Sud.
En août 2007, elle anime tous les matins l’émission «À contre-courant» sur Europe 1. En septembre 2007, elle co-anime chaque semaine l’émission «Terre-Mère» sur LCI. Elle accompagne aussi le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo au Groenland pour «constater» le changement climatique. En novembre 2007, elle crée la Maud Fontenoy Fondation, basée aux Pays-Bas. A partir de 2008 et pendant plusieurs saisons, elle a animé une chronique dans l’émission «Vivement Dimanche» sur France 2. En février 2008, elle est nommée au conseil d’administration du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres. En mars 2009, elle crée l’association Maud Fontenoy France. Depuis le 5 juin 2009, elle est porte-parole de l’UNESCO pour les océans. De 2010 à 2015, elle fait partie des «personnalités qualifiées» nommées au Conseil économique, social et environnemental. En avril 2013, elle devient l’égérie de la marque Optic 2000. En juin 2015, elle est nommée par Nicolas Sarkozy déléguée à l’environnement du parti Les Républicains. En décembre 2015, elle est élue conseillère régionale LR en PACA et devient la 10e vice-présidente de la région. Entre 2016 et 2018, elle tient une chronique dans Valeurs actuelles. En janvier 2017, elle intègre le pôle projet de la campagne de François Fillon au sein du groupe «mer environnement». A partir de septembre 2019, elle reprend sa chronique à «Vivement dimanche» sur France 2.
Elle est la marraine de nombreux événements, associations ou entreprises. Elle est (ou a été) notamment marraine du Grand Pavois (2005), du réseau Exclusive Hotels (à partir de 2007), du 8e Salon nautique du Cap d’Agde (2007), du DVD de Disney Le Secret de la petite sirène (2008), du Don’actions (2008), de la 40e édition de la Course Croisière EDHEC (2008), du Grenelle de la Mer (2009), des Floralies (2009), du Salon du Timbre (2010), du forum international de la météo à Paris (2010), de l’attraction du Futuroscope «Le Huitième continent» (2011), de la démarche Innovation Responsable en Lorraine (2012), de Cannes Jeunesse (depuis 2012), de Destinations Nature (2012), du concours Passion Forêt (2012), du Séminaire Eco-Ecole (2013), de Lakaz Chamarel Exclusive Lodge 4**** à Ile Maurice (2013), du Village Flottant de Pressac (2014), des balades solidaires de la Carac (2014), du parc des oiseaux de Villars-les-Dombes (2015), du Trophée Bailli de Suffren (2017), de la promotion SeaTech (2019), de Saint-Tropez Couleur Bleu (2019).
Plusieurs documentaires relatent certaines de ses actions : À contre-courant (2007), Tahia, cap sur les Caraïbes (2011), L’incroyable voyage (2012), Paradis Blanc (2012).
Le 12 juillet 2007, Maud Fontenoy reçoit les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite des mains du président Nicolas Sarkozy.

  • Atlantique face nord, éditions Robert Laffont, 2004.
  • Le Pacifique à mains nues, éditions Robert Laffont, 2005.
  • Mon carnet de bord, éditions Le chêne, 2007.
  • Le Sel de la vie, éditions Arthaud, 2007.
  • Les contes de la mer, éditions Le Chêne, 2008.
  • Mon océan écolo, éditions Le Chêne, 2009.
  • Mon école écolo, éditions Le Chêne, 2009.
  • Mon bébé écolo, éditions Le Chêne, 2009.
  • Ma maison écolo, éditions Le Chêne, 2009.
  • Ma cuisine écolo, éditions Le Chêne, 2010.
  • Mes vacances écolo, éditions Le Chêne, 2010.
  • Ras-le-bol des écolos : Pour qu’écologie rime enfin avec économie, Plon, 2013.
  • Les océans, un trésor à protéger, Flammarion, 2015.
  • Les raisons d’y croire, Plon, 2015.
  • Des tempêtes j’en ai vu d’autres, Plon, 2016.
  • Mission planète, Grund, 2018.
  • Vivre vraiment, First, 2018.
  • Les mers et les océans pour les Nuls, First, 2019.

Ce contenu a été publié dans Acteurs, Maud Fontenoy. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.