Jean-Pierre Berlan

Ancien directeur de recherche à l’Inra
Membre du conseil scientifique d’Attac
Membre fondateur d’Intelligence Verte
Membre du conseil éditorial d’EcoRev’
Parrain de L’âge de faire

Jean-Pierre Berlan est un agronome et économiste, ancien directeur de recherche en sciences économiques à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), dans la section «Changement Technique et Evolution des Systèmes d’Innovation». Il a étudié pendant une vingtaine d’années la sélection de maïs hybrides. En 1979, il rend visite à Harvard à un ami impliqué dans une recherche multidisciplinaire sur la recherche agronomique. A cette occasion, il rencontre Richard Lewontin, professeur de génétique évolutive à Harvard et connu pour ses affinités avec l’écologisme radical. Lewontin contribue régulièrement à la revue Capitalism, Nature, Socialism, «ouverte à diverses vues au sein de l’écologie radicale globale et les mouvements écologistes radicaux», notamment l’écoféminisme. Jean-Pierre Berlan et Lewontin travailleront ensemble pour élaborer une critique du système agricole moderne. En 1986, ils écrivent deux articles dans la revue marxiste Monthly Review, le premier expliquant comment «la science et la technologie ont été utilisées pour soumettre le système principalement précapitaliste de production agricole à la domination du capital», le second affirmant que la seule raison du développement du maïs hybride était de forcer les agriculteurs à racheter leurs semences. En 1987, Jean-Pierre Berlan passe sa thèse d’Etat intitulée «Recherches sur l’économie politique d’un changement technique : les mythes du maïs hybride». Après cette thèse, il estime qu’il est «placardisé» et qu’il est «entré en dissidence». Dès la fin des années 90, il intervient très régulièrement dans les réunions et dans les médias pour dénoncer l’«industrialisation de l’agriculture» et en particulier les biotechnologies végétales.

Cette entrée a été publiée dans Berlan. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.