L’âge de faire

9, Chemin de Choisy
04200 Peipin
Tél. : 04.92.61.24.97
Email : redaction@lagedefaire-lejournal.fr
Site : http://www.lagedefaire-lejournal.fr

logo-age-de-faireJournal sorti pour la première fois en octobre 2005, L’âge de faire a été créé par Alain Duez, un ancien entrepreneur dans le BTP, avec comme objectif de toucher le grand public avec des sujets écologistes. Outre la couverture des habituelles campagnes contre les pesticides, les OGM ou le nucléaire, L’âge de faire promeut dans ses 24 pages un mode de vie écologiste assez radical et est surtout axé sur les alternatives concrètes, avec quelques fois des fiches pratiques : économie solidaire, énergies vertes, monnaies locales, agroécologie, aide au tiers monde, etc. L’âge de faire n’a pas d’articles de fond mais contient chaque fois un dossier de 4 pages, avec des thèmes comme comme : «Monnaies locales : on change d’échelle», «L’urgence de désobéir», «ZAD partout», «Mourir oui, mais écolo!», «Travailler moins pour vivre mieux», «Pesticides, non merci !», «D’autres toilettes sont possibles», «Santé : les chemins de traverse», «Plantes médicinales», etc. Le journal publie de nombreux reportages sur les entreprises coopératives, les pratiques alternatives au sein de l’école publique, ou encore les oppositions aux «grands projets» tels le barrage de Sivens ou l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Depuis avril 2017, l’association Inf’OGM écrit une chronique mensuelle. Le journal publie aussi des hors-séries et des livres, comme Sexy, Linky? (sur les nouveaux compteurs électriques) ou La main à pâte (21 reportages sur des «alternatives citoyennes»).
La diffusion est assurée par abonnement et par des lecteurs qui s’engagent à acheter un certain nombre de numéros par mois et à les diffuser.
En 2008, le mensuel La Décroissance avait publié un article reprenant le témoignage d’une dizaine d’anciens salariés de L’âge de faire décrivant les conditions de travail exécrable et la façon autoritaire dont Alain Duez dirigeait son équipe. L’ancien comptable du journal expliquait notamment : «Alain Duez embauche systématiquement en contrats aidés, et au bout d’un an, quand l’aide de l’Etat commence à se réduire, comme par hasard, il pousse les personnes à bout et elles démissionnent. (…) Derrière une façade écologique et humanitaire, c’est un très bon businesss.» Alain Duez avait réfuté en bloc toutes ces accusations et avait intenté un procès en diffamation contre La Décroissance, perdu en appel en janvier 2010. Suite à ces remous, le journal a été repris en septembre 2011 par une Sarl Scop, dans laquelle Alain Duez n’a pas de responsabilité directe. Alain Duez a désormais quitté l’aventure, affirmant : «Nous avons manqué notre cible, en restant trop militant et pas assez grand-public.»

L’âge de faire est une association de la loi de 1901, créée en 2003 et présidée par Alain Duez, publiant à partir de 2005 un journal éponyme. En septembre 2011, le journal a été repris par une SARL Scop (Société coopérative de production), au capital de 24.520 euros (SIRET :  53540633400016 – RCS Manosque B 535 406 334), dont la gérante est Lisa Giachino. Les six salariés détiennent la majorité des voix et du capital au sein de l’entreprise. Ils décident ensemble du contenu et de la gestion du journal. Toutefois, l’association est toujours en activité. Il existe également une association Les amis de L’âge de faire, créée en 2011 en même temps que la Scop, dont la mission est «d’accompagner le développement du journal».

Equipe du journal

  • Lisa Giachino : directrice de publication et gérante
  • Fabien Ginisty : journaliste
  • Nicole Gellot : journaliste
  • Nicolas Bérard : journaliste
  • Lydia Robin : graphiste, webmestre
  • Fabien Plastre : service commercial, diffusion et gérant
  • Laurence Frachisse-Reynaud : comptabilité et abonnements

Mensuel (depuis septembre 2007), diffusion 20.000 exemplaires dont 10.579 abonnés en mars 2015, selon le journal. En 2018, sur son site, il affirme tirer à 20.000 exemplaires et compter près de 9000 abonnés.

ISSN : 1777-1323.

L’âge de faire affirme que sa seule source de financement est la vente du journal. La rédactrice en chef explique : «Nous n’avons pas de publicité et ne touchons pas de subventions, hormis des aides à l’emploi ponctuelles.» Toutefois, en 2016, L’âge de faire a reçu 50.014 euros du ministère de la Culture, comme «aide au pluralisme». En novembre 2014, une campagne d’abonnements est lancée afin de rétablir l’équilibre. L’objectif était de 11.000 abonnés alors qu’ils en avaient 8600 au lancement de la campagne. Sur son site, le journal affirme compter aujourd’hui près de 9000 abonnés.

AnnéeChiffre d'affairesCharges d'exploitationBénéfice ou Perte
2017282.200 €282.700 €-500 €
2016330.800 €319.900 €10.900 €
2015358.753 €325.336 €33.463 €
2014268.987 €281.828 €-12.841 €
2013245.845 €280.258 €-34.413 €
2012240.045 €255.526 €-8249 €

 

 

Ce contenu a été publié dans L'âge de faire, Revues et publications. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.