Thierry Jaccaud

Rédacteur en chef de L’Ecologiste
Gérant de The Ecologist France
Membre des Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie (JNE)
Président des Amis du Bocage Bourbonnais
http://www.thierry-jaccaud.com

Né le 9 janvier 1969, Thierry Jaccaud est ingénieur en gestion de l’environnement. En 1994, il rejoint le Mouvement écologiste indépendant (MEI) tout fraîchement créé par Antoine Waechter. Thierry Jaccaud devient d’abord président du MEI Paris avant de devenir secrétaire national jusqu’en 1999. Il a été candidat aux municipales de 1995, aux législatives de 1997, aux régionales de 1998, tête de liste à Paris de la liste «L’écologie pour Paris», avec 3%. Dans la dynamique de préparation des Européennes de 1999, Thierry Jaccaud est pris dans une polémique. En effet, à l’époque, le MEI se rapproche de certaines personnalités de la Nouvelle Droite, dont Laurent Ozon, directeur d’une publication militante Le recours aux forêts. Ce dernier se présente alors au MEI comme interlocuteur d’Edouard Goldsmith, fondateur de The Ecologist en Angleterre. Laurent Ozon est par la suite désigné comme responsable de communication pour la campagne des Européennes, et Edouard Goldsmith est pressenti pour figurer sur la liste du MEI et prendre une part active à la campagne. Après dénonciation de cette dérive par deux membres du parti, Vincent Cheynet et Bruno Clémentin, aujourd’hui responsables du journal La décroissance, Edouard Goldsmith renonce à se présenter aux Européennes. Quand Thierry Jaccaud termine son mandat de secrétaire national du MEI à l’automne 1999, il ne renouvelle pas son adhésion au parti et accepte la proposition d’Edouard Goldsmith de devenir rédacteur en chef de L’Ecologiste, la version française de The Ecologist, dont le premier numéro paraît en septembre 2000. En mars 2011, il se présente aux élections cantonales dans l’Allier et obtient 14,85% des suffrages. En mars 2014, il présente une liste aux élections municipales à Ygrande.
Il intervient régulièrement comme modérateur ou orateur dans des débats et colloques Ainsi, en novembre 2014, il intervient au colloque «Sauver la Création. Écologie enjeu spirituel» (à Paris), sur le thème «Puissances de la technoscience et du pouvoir financier : les défis de la conscience». En décembre 2014, il est invité par la Fondation d’entreprise Ricard à parler «des médias de l’environnement à l’heure de la transition». En février 2015, il intervient au Salon Primevère (à Lyon) lors d’une table ronde sur le thème «Libertés d’expression et lanceurs d’alertes». Il contribue ponctuellement au journal La décroissance, comme en juillet-août 2015 avec l’article intitulé «En finir avec le mythe du progrès».

Ce contenu a été publié dans Acteurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.